Appel citoyen!
Je reçois cet appel de Yurttas Girisimi (Initiative citoyenne), avec prière de le diffuser le plus
largement possible, de les faire parvenir aux partis de votre pays, aux fondations, aux mouvements
politique sou sociaux dont vous êtes membres, à vos amis, vos collègues, aux médias, par tous les
moyens et réseaux sociaux, sur vos propres blogs ou sites, Facebook ou Twitter.

L'Initiative citoyenne est née en 1998 de la campagne "Une minute d'obscurité pour faire la lumière",
mouvement de protestation contre la collusion entre l'Etat, la mafia et l'extrême droite, révélée par le
scandale dit de Susurluk. En 2000 il s'est transformé en "Initiative pour la Paix", avec une campagne
"Non à la guerre" lors de la guerre contre l'Irak. Les initiatives se sont multiplié depuis. C'est un
mouvement informel, auquel tous et toutes peuvent participer et proposer des initiatives.

Vous pouvez à volonté extraire une ou quelques phrases de ce texte pour en faire votre propre
protestation, vous pouvez les partager sur Twitter en 140 caractères avec le
hashtag #BenimdeİtirazımVar ("moi aussi je proteste").

Soyez inventifs pour que cette protestation soit celle de de millions de personnes!

Le texte original en turc se trouve ci-dessous, de sorte que les amis turcophones puissent améliorer ma traduction.

Juste après la traduction en français, vous trouverez une vidéo qui a déjà beaucoup
circulé sur les réseaux, due à franceinfo, et qui résume en quelques minutes
le bilan de la répression. Pour mémoire.

Partagez!

#jeProteste
  • Tous ensemble, nous sommes le peuple de cette terre;

    Tous, nous en sommes les citoyens. Tous, que nous soyons électeurs

    de l'AKP, du CHP, du HDP, du MHP ou d'autres partis.

    Nous sommes turcs, kurdes, arméniens, roums, lazes, syriaques,

    musulmans, chrétiens, sunnites, alévis, croyants ou incroyants

    et tous, nous voulons la possibilité de vivre dans un pays en paix.



  • Nous ne voulons pas de guerre, nous ne voulons pas de martyrs, nous

    ne voulons pas que nos enfants meurent, nous ne voulons pas qu'on

    s'oppose les uns aux autres par les armes.

    Nous ne voulons pas être divisés en factions ennemies, nous refusons

    qu'on détruise la fraternité, le vivre-ensemble.

    Pas de coup d'État ! Pas de mise sous tutelle par l'État ! Ni dictateur ni

    violence ! Nous voulons simplement vivre, par notre travail, grâce à

    nos capacités, dans la paix et la liberté.



  • Femmes, nous ne voulons plus de violences sexistes, plus de viols, plus

    de crimes d'honneur, nous ne voulons plus subir l'humiliation du voile

    ni risquer l'agression si nous sortons en short. Nous ne voulons plus

    vivre dans la peur.

    Hommes ou femmes, nous voulons vivre égaux et libres dans nos

    croyances, notre religion, notre culture.



  • Nous ne voulons plus être traduits devant des tribunaux, être jetés en

    prison sans même savoir de quoi on nous accuse, au nom de qui, en

    vertu de quelle loi.

    Nous ne voulons plus être dénoncés faussement sans avoir aucun lien

    avec un coup d'État ou un prétendu terrorisme, ni être abusivement

    licenciés de notre travail, exclu de nos fonctions, en vertu de fausses

    preuves ou de ragots, ni que nos familles elles-mêmes soient désignées

    à la vindicte publique.



  • Nous ne voulons plus être qualifiés de « terroristes » quand nous

    réclamons la paix, ni de « traîtres » lorsque nous dénonçons des

    einjustices.

    Nous refusons les décisions arbitraires de confiscation de biens, de

    privations de salaires, nous voulons le rétablissement de nos droits

    professionnels.



  • Nous ne voulons plus de destructions de maisons, de villages, nous ne

    voulons plus que nos enfants se voient privés d'éducation, ni que nos

    jeunes se trainent dans les rues faute de travail.

    Nous sommes le peuple, nous sommes des humains, doués de

    conscience et de bonté. Nous ne voulons pas qu'on nous enrage par des

    provocations incessantes, qu'on nous divise par des discours de haine.

    Nous ne voulons pas nous habituer à la violence et aux effusions de sang.

    Savaş, ölüm, idam, çatışma, kavga istemiyoruz.



  • Nous ne voulons plus de guerre, de morts violentes, de peine de mort,

    ni même d'affrontements et d'oppositions.

    Vous qui nous gouvernez, vous qui avez notre destin en mains, nous

    n'avons pas voté pour vous pour que vous nous priviez de nos droits et

    de nos libertés fondamentales, mais pour que vous nous aidiez à vivre

    dans la paix, en citoyens!

    Et sachez que cet appel n'est pas l'expression d'une requête.

    C'est un acte d'opposition.

    Entendez-le!